Le Vercors sous le soleil

Pour le week-end de l’Ascension, trente-trois membres du cyclo-club ont rejoint Pont en Royans, une charmante bourgade connue pour ses maisons suspendues au-dessus de la Bourne et son Musée de L’eau.

La météo annonçait beau temps et chaleur et en effet, les premiers coups de pédale du jeudi après-midi en direction du col de la Bataille ont mouillé les maillots et vidé les bidons. Le col de la Bataille puis celui de Tourniol et des Limouches pour les plus affutés et c’est le retour au point de départ. La thalasso est à la disposition de tous : les jambes plongées dans les eaux fraîches de la Bourne.

Le lendemain, le peloton s’est engagé dans les fameuses gorges de la Bourne jusqu’à Méaudre, Lans en Vercors, Villard de Lans, le village martyr de Valchevrière avant de descendre la combe verdoyante et paisible de Saint-Martin  du Vercors. La descente se poursuit par le tunnel des Grands Goulets, frigorifique,  et assez vite, l’entrée dans Pont en Royans est sous les roues.

C’est dans un coin plus confidentiel du Vercors que s’est déroulée la randonnée du samedi : Les Gorges du Nan, petite route suspendue entre ciel et terre qui s’élève jusqu’à Malleval. Encore quelques centaines de mètres de dénivelé pour atteindre le col du Mont Noir puis c’est la descente grisante vers les pittoresques rochers de Presles pour les uns, vers le col de Romeyère pour d’autres. Quelques uns feront l’expérience du tunnel du même nom, un boyau étroit complètement noir qu’il est impossible de traverser sans lampe !

Le dernier jour, les groupes empruntent une des autres routes du vertige : Combe Laval. Le vélo offre l’avantage de s’arrêter facilement et personne ne s’en prive pour s’émerveiller des vertigineuses falaises auxquelles la route est accrochée. Il est alors impossible de ne pas penser aux bâtisseurs de ces ouvrages à une époque où les « travaux publics » n’étaient pas ceux d’aujourd’hui !

Les compteurs affichent le kilométrage et les dénivelés du week-end. Les muscles sont quelque peu endoloris mais chacun prend la route du retour avec le sentiment de satisfaction.